Pourquoi ce projet médical ? Nos constats.....

Depuis de nombreuses années, nous voyageons dans la famille à Madagascar et constatons des difficultés croissantes qui nous poussent à agir :

Constat de grandes difficultés à Madagascar :

 Situation économique générale du pays :

Madagascar fait partie des 10 pays les plus pauvres du monde avec un PIB de 440 USD/an/habitant soit environ 450EUR/an/habitant et un SMIC aux alentours de 30EUR/mois, ce qui est insuffisant pour couvrir les charges familiales du mois.( Le PIB=Produit Intérieur Brut calcule la "richesse" produite par an et par habitant, en moyenne ; cela donne une idée du niveau de vie moyen)

Par comparaison :  En Europe le PIB/habitant est de 35000EUR/an/hab et en France de 32075EUR/hab/hab en 2016.

Le pays compte 23 millions d’habitants et est aussi grand que la France et le Bénélux réunis.

La densité est de 40habitants/km 2 (France 121 hab/km2) ; elle est relativement faible. La capitale Tananarive accueille plus d’un million d’habitants dans des conditions très difficiles dues aux manques d’organisation, de logements, de réseau routier (3 heures pour atteindre le centre ville en voiture) depuis la banlieue, la pauvreté, l'exode rural, etc. C'est une ville dangereuse où les brigands sévissent. En voiture, il faut rouler vitre fermée.

Une vue de Tananarive depuis la banlieue

vue de tananarive madagascar reduite 2016DSC02188

Le taux d’alphabétisation est de 60% (2010) ce qui fait que 40% des malgaches ne savent ni lire ni écrire et sont donc très vulnérables.

Les choix politiques malgaches de 1975 à 1990 de s’orienter vers le marxisme, de confisquer des terres, de les collectiviser, d’abandonner le français au profit du malgache exclusivement dans l’enseignement, etc ont eu de graves conséquences sur l’exclusion de la grande île de la carte mondiale des échanges économiques et culturels. La chute du mur de Berlin de 1989 et les nouvelles orientations politiques n’ont pas permis un redressement du pays.

 Ainsi, les crises politiques qui se succèdent depuis de nombreuses années ou les grèves provoquent une instabilité générale qui ne donne pas confiance aux investisseurs. Le potentiel de développement est réel mais est gaspillé par des comportements anti-économiques et anti-sociaux.
Les problèmes d’électricité de la Jirama qui fournit 1 heure d’électricité par jour seulement dans certaines zones dont Fénérive-Est, les délestages incessants, les branchements illicites, les vols de fuel devant faire tourner les centrales thermiques….entraînent une défiance des investisseurs, des opérateurs économiques, des touristes….

photo entreprise Jirama (électricité et eau) à Nosy Be

nosy be JIRAMA reduit

L’eau impropre à la consommation rend les malgaches malades mais aussi les touristes, malgré leurs précautions.

Photo boutique de pain et d'eau filtrée à Tananarive

boutique a tana eau reduite DSC01698

La corruption est implémentée à tous les niveaux de la fonction publique et se voit dans la rue très facilement par des blocages de routes intempestifs des policiers, militaires, gendarmes,…demandant de l’argent sans contrepartie ou des blocages ou forts ralentissements administratifs tant qu’on ne sort pas le porte-monnaie pour que le travail normal soit exécuté. L’indice de corruption connu est de 25 (sur une échelle allant de 0 = corruption systématique à 100 = pas de corruption). source ONG Transparency International.

Le très mauvais état des routes entraine de grandes difficultés de déplacements. Ils sont longs et difficiles humainement et aussi techniquement , hommes et véhicules souffrent beaucoup sur les routes largement trouées et jamais ou peu refaites.

Photo : un des centaines de tas d'ordures à Tananarive, rarement débarrassés

ordure tananarive reduite 2016 DSC01709

 Situation sanitaire générale :

L’espérance de vie est officiellement de 65 ans mais de nombreuses femmes enceintes meurent en suite d’accouchements, de nombreux enfants n’atteignent pas l’âge de 2 ans. Ainsi les femmes font en moyenne 4,5 enfants (taux de fécondité), mais la mortalité infantile est de 43,67/1000enfants (France 3,28/00) et la mortalité des enfants de moins de 5 ans est de 62/1000enfants (France 4/00)

La population est jeune avec 85% de moins de 15 ans, ce qui est très agréable puisque les rues sont remplies de jeunes dynamiques. L’Etat malgache a un vrai challenge : former et éduquer correctement ses jeunes.

photos enfants à Madagascar/Fénérive-Est

enfants madagascar reduit

Mais être malade est un gros problème. Il n’y a pas ou peu de couverture sociale. La plupart du temps, les patients doivent payer leurs consultations, leurs opérations et médicaments. Par exemple, pour une opération d’une tumeur bénigne au cerveau 6000EUR, dans le cadre d’une clinique privée de Tananarive.Pour une jambe fracturée, il faut payer sa radio 14EUR, une forte somme pour un ménage malgache. Les hôpitaux sont très peu équipés, même en équipements basiques. (voir photos de l’hôpital de Fénérive-Est).

 Deux hôpitaux ont ouvert récemment à Tananarive et à Tamatave mais se sont fait pillés de leurs équipements le lendemain de l'ouverture.

 Au niveau dentaire, 80% des enfants sont porteurs de caries et ce taux monte à 98% pou rles adultes de 35 à 44ans avec 13 dents atteintes en moyennes. L'offre de soins est assurée par 1250 chirurgiens dentistes dont 300 fonctionnaires.

La couverture nationale n'est pas assurée : dans les zones isolées, les gens ont peu accès aux soins. Pour faire face à ces difficultés, le service bucco-dentaire du ministère de la santé malgache cherche à améliorer l'état de santé de la population par une approche préventive, avec le soutien de l'AOI  Aide Odontologique Internationale (source AOI - voir document en annexe)http://blog.aoi-fr.org/evaluation-des-medecins-generalistes-communautaires-a-madagascar/

 

 Situation sanitaire à Fénérive-Est : carte Madagascar et zone FE

La région  Analanjirofo (forêts de girofliers) – en jaune sur la carte :   

La région d'Analanjirofo est une des 22 régions administratives de Madagascar. Elle comprend 6 districts pour une surface totale de 22300km2 (presque comme la Lorraine), dont le district de Fénérive-Est.

Au niveau sanitaire, diverses structures sanitaires petites ou plus grandes existent allant des centres sanitaires de base niveau  I au Centre Hospitalier de Référence Régionale de Fénérive-Est.

D’après l’étude du CREAM de 2009, la région comprend 2 centres dentaires publics, 12 maternités publiques, 5 cabinets médicaux-maternités  privés dont 2 à Féné, 5 cabinets dentaires privés dont 2 à Féné et le CHRR précité et aussi des dépôts de médicaments ou des pharmacies .

Dans cette région, les patients font 1 h de marche pour se rendre dans un centre de soins à raison de 46% d’entre eux, 27% marchent 1 à 3 heures et 6% marchent 3 à 6 heures.  86% des femmes marchent à pied pour se rendre à la maternité. (source Cream)

 La ville :

La ville de Fénérive-Est en est la capitale de région Analanjirofo.  Elle est posée sur la côte Est de Madagascar, en bordure de mer, et comprend environ 30000 habitants.

Photo : clous de girofle de Fénérive-Est, (en vente à la Boutique)

clous de girofles reduit
C’est la capitale du girofle et des épices. C’est aussi une ville de pêcheurs. Les cultures de riz sont en bordure de la ville. Son centre ville avec son marché sont très animés, des centaines de vélos-pousses parcourent les rues goudronnées, en état correct.  Les piétons doivent faire attention à ne pas se faire renverser. Les klaxons des voitures permettent de gérer la circulation des piétons, des vélos-pousses, des voitures, des taxis-brousses. Il n’y a qu’un seul passage pour piétons devant l’Eglise catholique.

Féné est une ville très agréable avec des gens formidables, courageux, agréables, malgré leurs divers problèmes. La sécurité y est correcte grâce à la vigilance de tous. Féné est une ville-étape avant d’aller vers le Nord ou vers l’ïle de Sainte Marie.

Féné entretient des relations privilégiées avec la région Nord Pas de Calais dans le cadre de la décentralisation française. Divers projets ont été réalisés grâce à cette coopération.

 

 Au niveau Sanitaire :

Au niveau sanitaire, la ville de Fénérive-Est  (Féné pour les connaisseurs) comprend un hôpital de référence régionale CHRR (voir photo), 2 cabinets médicaux privés, 2 maternités privées, pas de clinique privée, 5 cabinets dentaires privés et 6 dépôts de médicaments ou pharmacie.

Cependant, comme dans tout Madagascar, les centres médicaux petits ou grands, plus ou moins équipés, n’assurent pas une hygiène parfaite à tous les niveaux. Les contaminations croisées de toute sorte sont la règle.

En matière dentaire, le manque de moyens divers entraine le non respect de la chaîne de décontamination et de stérilisation, peu d'hygiène, etc  même si la théorie sur les protocoles d'hygiène est connue de tous. Les médecins généralistes ou les dentistes communautaires sont conscients des risques des infections liées aux soins et connaissent les modalités théoriques pour les réduire au mieux. Mais leur application systématique dans la réalité reste difficile.

Photos cabinet dentaire privé

 

Lors de nos séjours à Féné nous avons visité différents cabinets dentaires privés et publics, discutés avec les chirurgiens dentistes et les médecins du CHRR de Féné, avec la population.

Notre constat de vétusté des équipements, de manques de moyens de base, les faibles moyens des patients pour payer les actes médicaux, les problèmes d'électricité, le manque de suivi des projets mis en place,  etc...amène à la création de l'association La Case en Falafa.